Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

Du profil lexico-discursif de crise à la construction du sens social d’un événement

Résumé : Le mot crise est à la fois très fréquent dans la presse pour désigner des événements et très décrié : mot « fourre-tout », il s'appliquerait à tout et n'importe quoi, voire aurait vocation à euphémiser la réalité. On ne peut que noter sa grande labilité référentielle : le 21 mars 2011, dans les quotidiens Le Monde et Le Figaro, la crise est belge, libyenne ou arabe ; elle est nucléaire, de l'euro, financière ou de la dette américaine ; elle est postélectorale ivoirienne, de spasmophilie ou du masculin. L'hétérogénéité des domaines référentiels concernés par crise est illustrée très simplement par les adjectifs et les compléments prépositionnels qui déterminent le mot. Inversement, nous avons relevé des cas où un même référent est nommé par des mots différents, crise figurant parmi eux. Ainsi, le 21 juillet 2006 commencent des affrontements entre Israël et le Liban. Les catégorisations révélées par les gros titres sont nombreuses « La crise du Proche-Orient » (Le Parisien), « Le conflit entre Israël et le Hezbollah » (Le Figaro), « La guerre au Proche-Orient » (Le Monde). Ces quelques relevés nous montrent que le sens d'un mot comme crise n'est pas à chercher dans la description de son référent, ce qui souligne les limites d'une approche strictement référentielle du sens. Toutefois, et malgré ces « défauts » (grâce à eux ?), crise est se caractérise par sa récurrence et sa polyvalence dans le discours de presse. Pour quelle raison ? Qu'est-ce qui noue si intimement le mot crise et l'événement, ou, plus précisément, la construction de l'événement par le discours ? Afin de répondre à cette question, nous décrirons le fonctionnement du mot crise à différents niveaux de contextualisation du discours, ce qui nous conduira à établir le profil lexico-discursif du mot dans un événement particulier, le conflit des intermittents du spectacle (2003-2004), dans Le Monde et Le Figaro. 1. Contextualisation des usages de crise dans le discours de presse Le mot crise vient du domaine médical et désigne la phase critique d'une maladie, qui peut évoluer vers la guérison ou vers l'aggravation. Dans son étude du vocabulaire politique et social entre 1869 et 1872, Jean Dubois (1962 : 120) remarque que le mot est devient à cette époque très fréquent dans le domaine politique (crise ministérielle, parlementaire). On désigne la Commune sous le nom de « crise sociale ». Dans le domaine des relations internationales, le mot semble doté d'une acception technique : il renvoie à une phase préliminaire à un éventuel conflit (David 2000 : 134). Toutefois, cette définition issue d'un lexique spécialisé n'est pas opératoire dans la presse, puisque, dans les conflits militaires, guerre et crise se côtoient, ce qui implique que le début de la guerre ne correspond pas à la fin de la crise. Dans le discours de presse, l'usage du mot est envisagé à l'aune des intentions des journalistes. 1.1. Usages du mot crise dans la presse Pour le journaliste E. Hazan (2006 : 33), crise relève du lexique propagandiste de la Lingua Quintae Respublicae, pendant contemporain de la Lingua Tertii Imperii, la langue de la propagande nazie décrite par V. Klemperer. Selon Hazan, crise attache à l'événement et au problème en question l'idée d'une temporalité brève, ce qui contribuerait minimiser la réalité et à calmer les impatiences de l'opinion publique.
Document type :
Book sections
Complete list of metadata

Cited literature [27 references]  Display  Hide  Download

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01349661
Contributor : Marie Veniard <>
Submitted on : Wednesday, April 1, 2020 - 5:15:11 PM
Last modification on : Wednesday, June 10, 2020 - 11:44:03 AM

File

Veniard-2013-crise.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01349661, version 1

Citation

Marie Veniard. Du profil lexico-discursif de crise à la construction du sens social d’un événement. D. Londei, S. Moirand, S. Reboul-Touré et L. Reggiani. Dire l'événement. Langage, mémoire, société, Presses Sorbonne Nouvelle, pp.221-232, 2013. ⟨hal-01349661⟩

Share

Metrics

Record views

193

Files downloads

132