Autoformation et contextes institutionnels : Une approche socio-historique

Résumé : A entendre certains discours, qu'il s'agisse de politiques, de praticiens ou de commerciaux, on pourrait penser que l'autoformation est une émanation des technologies contemporaines, tel un effet qui leur serait inhérent et qui conduirait implacablement l'artefact technique à formater l'activité humaine. Dans l'enseignement supérieur, le maître, au sens noble du terme, se verrait détrôner par des sites spécialisés où il suffirait de se connecter. Les campus numériques ou autres universités virtuelles pourraient ainsi proposer, à n'importe quel étudiant dans le monde, tout le savoir disponible sur un sujet par le seul miracle du téléchargement. Avec les nouveaux fantasmes encyclopédiques et le rêve borgesien de la métabibliothèque labyrinthique à l'échelle planétaire, se téléscopent de vieilles chimères totalitaires qui excluent le facteur humain des activités d'apprentissage et de formation et achèvent de transformer ces processus complexes en simples produits marchands. [...]
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
B. Albero. Autoformation et enseignement supérieur, Hermès Science / Lavoisier, pp.37-67, 2003, 〈2-7462-0663-3〉
Liste complète des métadonnées

https://edutice.archives-ouvertes.fr/edutice-00137488
Contributeur : Nathalie Roques <>
Soumis le : mardi 20 mars 2007 - 13:52:10
Dernière modification le : lundi 26 mars 2018 - 15:26:09
Document(s) archivé(s) le : mercredi 7 avril 2010 - 01:40:41

Identifiants

  • HAL Id : edutice-00137488, version 1

Citation

Brigitte Albero. Autoformation et contextes institutionnels : Une approche socio-historique. B. Albero. Autoformation et enseignement supérieur, Hermès Science / Lavoisier, pp.37-67, 2003, 〈2-7462-0663-3〉. 〈edutice-00137488〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

688

Téléchargements de fichiers

917