L'autoformation : d'une histoire sociale au développement de la personne

Résumé : Les universités françaises poursuivent deux grandes missions : créer et transmettre des savoirs qui relèvent pour l'essentiel d'une culture littéraire ou scientifique, même si cette classification est, à bien des égards, réductrice.
S'il s'agit donc de créer et de transmettre des savoirs, l'étudiant, dans ce contexte, est-il défini comme un simple réceptacle qu'il suffirait de remplir au nom d'une pédagogie cumulative fondée sur un principe se résumant en deux mots : toujours plus ? Comme nous le verrons, l'histoire invalide en partie la légitimité de cette interrogation. Elle montre que les universitaires, dès le Moyen Age, avaient le souci d'instaurer des dispositifs éducatifs permettant de promouvoir auprès des apprenants un processus d'appropriation des connaissances. [...]
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Autoformation et enseignement supérieur, B. Albero, 2003, 〈2-7462-0663-3〉
Liste complète des métadonnées

https://edutice.archives-ouvertes.fr/edutice-00137526
Contributeur : Nathalie Roques <>
Soumis le : mardi 20 mars 2007 - 14:52:01
Dernière modification le : vendredi 25 mai 2018 - 16:59:57
Document(s) archivé(s) le : mardi 6 avril 2010 - 21:58:41

Fichiers

Identifiants

  • HAL Id : edutice-00137526, version 1

Collections

Citation

Jean-Yves Robin. L'autoformation : d'une histoire sociale au développement de la personne. Autoformation et enseignement supérieur, B. Albero, 2003, 〈2-7462-0663-3〉. 〈edutice-00137526〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

193

Téléchargements de fichiers

584