Clefs pour l'introduction de l'informatique

Résumé : Ce texte est paru dans le numéro spécial de décembre 1976 du Bulletin de liaison de la section « Informatique et enseignement » de l'INRDP (Service des études et recherches pédagogiques). Que pouvait-on attendre de l'informatique dans l'enseignement, compte tenu du fait qu'il n'était pas question - à cette date - de l'enseigner pour elle-même ?

L'expérience de l'introduction de l'Informatique dans l'Enseignement du second degré est maintenant bien lancée. Débutée par la formation des professeurs de toutes disciplines, soutenue par l'installation d'ordinateurs dans plusieurs lycées, elle attend d'être jugée à ses fruits. Sa portée est d'ailleurs considérable, et les enseignants d'autres pays, les Etats-Unis notamment, la suivent avec le plus grand intérêt. Elle a été au centre des préoccupations du colloque international qui s'est tenu sous l'égide de l'I.F.I.P. (Fédération Internationale pour le traitement de l'information) à Marseille en septembre 1975. Aussi n'est-il pas vain de reposer la question : pourquoi l' informatique au lycée, et que peut-on en attendre, compte tenu notamment de ce que, dans l'état actuel de l'expérience, il n'est pas question de l'enseigner pour elle-même ? Je reprendrai ici les conclusions du colloque international de Sèvres, 1970, en les actualisant un peu.

Il faut d'abord écarter radicalement l'idée que l'informatique entre au lycée parce que c'est une technique importante qui risque d'affecter plus ou moins la vie de tous les jours et qui pèse lourd dans l'économie, voire l'indépendance d'un pays. On pourrait en dire autant de l'automobile ou de l'avion. Cela ne justifie pas leur entrée dans l'enseignement secondaire général.

Il est admis maintenant que l'informatique est une science, avec son objet spécifique : l'information et ses traitements, avec ses méthodes, ses outils (l'ordinateur étant le plus important, mais l'informatique n'est pas plus la science de l'ordinateur que l'astronomie n'est celle du télescope...). En tant que telle, elle fait partie du patrimoine culturel de la fin du 20e siècle. Elle a sa place dans tout enseignement scientifique. Mais là encore, on n'atteint qu'une partie de la réalité. L'astronomie est une science, et son importance est grande si l'on éprouve la moindre curiosité quant à l'univers qui nous entoure. Cela ne suffit pas à lui valoir une place de choix au lycée.

C'est pourquoi le colloque de Sèvres soutenait l'introduction de l'informatique parce que « une de ses caractéristiques est de créer chez les élèves une mentalité algorithmique, opérationnelle, organisatrice, laquelle est souhaitable pour bien des disciplines ». Plus que l'objet de l'informatique (l'information), c'est sa méthode, son esprit, qui lui valent l'attention qu'on lui porte aujourd'hui. C'est ce que je voudrais essayer de dégager ici.
Type de document :
Article dans une revue
Revue de l'EPI (Enseignement Public et Informatique), EPI, 2003, pp.[en ligne]. 〈http://www.epi.asso.fr/revue/histo/h76arsac.htm〉
Liste complète des métadonnées

https://edutice.archives-ouvertes.fr/edutice-00284098
Contributeur : Administrateur De L'Archive Edutice <>
Soumis le : lundi 2 juin 2008 - 11:14:15
Dernière modification le : vendredi 6 juin 2008 - 14:14:36

Fichiers

Identifiants

  • HAL Id : edutice-00284098, version 1

Collections

Citation

Jacques Arsac. Clefs pour l'introduction de l'informatique. Revue de l'EPI (Enseignement Public et Informatique), EPI, 2003, pp.[en ligne]. 〈http://www.epi.asso.fr/revue/histo/h76arsac.htm〉. 〈edutice-00284098〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

194

Téléchargements de fichiers

9